WRITER

(IM)POSTURE

J’avance vers une personne assise à une table, pour l’instant je n’arrive pas à percevoir son visage. La seule chose que je suis en mesure de voir, ce sont ses mains. Ces mains sont en train d’écrire, d’écrire de belles choses. Je crois que l’envie, que je l’admire. En avançant un peu plus près de ce carnet, l’auteur s’est retourné et je suis rendue compte que c'était moi. 


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Yasmine (mardi, 14 mars 2017 13:45)

    Je me pose souvent cette question. Entre celle que je suis quand j'écris, tout paraît si facile et moi, il y a souvent fossé

  • #2

    Pauline (mercredi, 15 mars 2017 12:24)

    J'ai déjà été dans cette posture aussi, il n'y a pas longtemps ! Quand j'étais à Barcelone en voyage d'étude, nos profs faisaient toujours des croquis. Un matin, il y en a un qui a croqué la table à la quelle j'étais. Il a jamais voulu me montrer le dessin .... Je suis déçue ...
    Bonne journée !
    Des bisous !!

  • #3

    Confiance et réussite (mercredi, 15 mars 2017 12:29)

    Belle chute !
    Mais je ne comprends est-ce que tu as du mal à réaliser que tu écris toutes ces choses ou alors es-tu totalement différente au quotidien et dans l'écriture ?

  • #4

    Ngouiha (vendredi, 17 mars 2017 21:42)

    L'important c'est de se rendre compte !

  • #5

    Lauriane LeLaboNet (samedi, 18 mars 2017 15:37)

    Je trouve ton texte très poétique. Ca révèle très bien le fait que lorsque l'on écrit on se déconnecte un peu. On prend de la hauteur ...